Un site utilisant WordPress
Notifications
Retirer tout

Le Bénin se félicite d'avoir interrompu la maturité d'emprunts obligataires d'une bonne partie de l'encours de sa dette publique sur le marché de l'uemoa.


coolgars
Posts: 8
Admin
Début du sujet
(@coolgars)
Membre
Inscription: Il y a 7 mois
L'opération que le gouvernement a jugé inédite porte sur un remboursement anticipé de 217 milliards ce qui ferait une économie de 30 milliards réalisée sur les intérêts non courus du fait du raccourcissement de la maturité retenue.
 
TERRE À TERRE, DE QUOI S'AGIT-IL ?
 
En fait le Bénin avait emprunté de l'argent sur le marché de la dette et a convenu avec les emprunteurs de rembourser cet argent au bout de 3 ans par exemple avec un intérêt de 5% chaque année. Mais après seulement 1an, il décide de rembourser cet argent aux emprunteurs.
Du coup, le fait de rembourser plutôt que prévu l'argent lui aurait permis de faire une économie de 30 milliards sur les intérêts qu'il aurait dû payer si la dette avait cours jusqu'au bout des 3 années. 30 milliards qu'il entend consacrer au social.
Dans ce cas où lui le Bénin gagne 30 milliards, les emprunteurs qui sont en fait des investisseurs perdent 30 milliards étant donné qu'ils avaient investi leur argent dans la dette béninoise et gagner ces 30 milliards était intégré dès le départ à l'actif de leurs portefeuilles.
 
Ma question est celle-ci : est-ce qu'au retour sur le marché de la dette, ces investisseurs vont encore lui faire confiance dans la projection de leurs marges bénéficiaires que le prêteur a désormais l'habitude de réduire ?
N'est-ce pas une rupture de confiance une telle opération ? Le prêteur peut-il aussi exiger se faire rembourser avant les termes conclus ?
 
Constant Sinzogan
3 Réponses
coolgars
Posts: 8
Admin
Début du sujet
(@coolgars)
Membre
Inscription: Il y a 7 mois
Dans les contrats de prêts souverains ou non , la possibilité de remboursement anticipé est l'une des obligations contractuelles laissée à la discrétion de l'emprunteur. Ainsi c'est l'encours non echu qui est payé. Par contre ce même remboursement n'est exigible avant terme de la part du prêteur qu'en cas de non respect de plusieurs échéances intermédiaires ou de survenance de situations exceptionnelle pouvant compromettre son effectivité. Et dans ce cas on parle de déchéance des termes.
 
Donc si les conditions de déchéance de terme ne se réalisent pas, le créancier ne peut demander un remboursement anticipé. Il ne peut non plus prétendre à des intérêts perdus en cas de remboursement anticipé car seul l'encours echu porte intérêt.
Répondre
coolgars
Posts: 8
Admin
Début du sujet
(@coolgars)
Membre
Inscription: Il y a 7 mois

Constant Sinzogan

Joseph Bidossessi c'est un peu comme si tu ne traverse pas l'esprit de la publication.
Ces dispositions sur le remboursement anticipé ont beau existé, le marché peut développer un réflexe de replis vis à vis des émissions béninoises.
Le marché n'aime pas les règles, il n'aime que le profit et procéder comme l'a fait le Bénin peut susciter en lui la défiance.
Répondre
coolgars
Posts: 8
Admin
Début du sujet
(@coolgars)
Membre
Inscription: Il y a 7 mois

Joseph Bidossessi

Constant Sinzogan, OK. Mais le marché aime surtout la solvabilité. C'est le couple risque rentabilité. La rentabilité chute lorsque le risque est faible ou s'éteint.
Maintenant, ce que le gouvernement béninois a fait est très malin. Il rend encore plus liquide le marché avec ces remboursements anticipés quitte à y retourner avec des taux de sortie plus réduit.
Puisque la liquidité surabonde, la loi de l'offre et de la demande fera baisser les taux de sortie.
Les investisseurs qui ne veulent pas détenir de la liquidité oisive vont courir pour souscrire de nouveaux titres d'Etat.
L'Etat béninois gagne ainsi doublement.
Répondre
Share: